lundi 31 octobre 2011

Bootcamp Capra Paris - Halloween en vidéo



Avant la nuit

En Angleterre, Halloween était autrefois appelé la nuit du casse-noisettes ou la nuit de la pomme croquante. Les familles réunies autour du feu racontaient des histoires tout en mangeant des noisettes et des pommes. Ce jour-là, les pauvres recevaient des gâteaux appelés « les gâteaux de l’esprit ». Nos sportifs, eux, se sont réunis dans le parc des Buttes-Chaumont à la recherche des fantômes...


Demain, le compte-rendu de la soirée...


Pour me contacter : manager@gregory-capra.com

Les rillettes de haddock

Rillettes de haddock

Pierre de Montreuil-sous-Bois a décidé de participer à notre rubrique "cuisine". Il nous soumet, ce soir, sa recette de rillettes de haddock.


Faire chauffer dans du lait à petit bouillon pendant 5 à 6 minutes des filets de haddock congelés, tout en écumant régulièrement.


Passer au mixeur, sans faire de bouillie, le haddock avec la moitié de son poids de beurre salé (le beurre non salé, ce n'est pas du beurre, c'est de la graisse !)


Mettre dans des ramequins ou un saladier, et laisser au frigo le temps que la rillette se solidifie un peu (compter 4 heures).


Démouler et servir avec une salade de concombre relevée à la crème (ou au lait) de coco, à la place de la crème fraîche habituelle. Bien goûter pour que le goût du coco n'apparaisse pas trop, il doit juste souligner le concombre.

Rapide, inratable, et agréablement surprenant pour les convives !


Par contre, après cette dose de beurre salé, c'est direct le bois de Vincennes pour un long footing !


Pour me soumette votre recette : manager@gregory-capra.com

dimanche 30 octobre 2011

L'entraînement de Hugh Jackman pour "Real Steel"

Hugh Jackman à Sidney pour la promotion de "Real Steel"

Hugh Jackman est un acteur australien, aujourd'hui à l'affiche dans "Real Steel" où il affronte un robot boxeur... Oui, il faut avoir de l'imagination !


Hugh Jackman a vraiment changé la façon dont une star doit se transformer pour incarner son rôle dans un film d'action. Avec sa série X-Men, il a fixé la barre à un niveau élevé.


L'entraînement et le régime alimentaire de Hugh Jackman se sont avérés efficaces comme le prouve le physique qu'il présente tout au long de ses films. En outre, il montre de la persévérance, de la cohérence et reste bien ciblé sur ses objectifs. Voilà ce qu'il faut faire pour obtenir un corps comme Hugh Jackman.

Ce que vous trouverez ci-dessous est l'aboutissement de toutes les recherches que j'ai effectuées sur les séances d'entraînement de Hugh Jackman et son alimentation, j'espère que cela vous plaira et profitez de "Real Steel", que, bien sûr, je vous recommande de voir.


Hugh Jackman en boxeur

L'entraînement de Hugh Jackman
Hugh Jackman est en bonne forme depuis qu'il a commencé à faire des films. Il montre une bonne constitution physique et c'est une des principales raisons pour lesquelles il a, aujourd'hui, un tel corps musclé aussi apprécié.

Dans son programme, Hugh Jackman a mis l'accent sur la prise de masse musculaire, la force et la perte de graisse. La prise de masse est une phase, la force est autre une phase. Chaque phase dure 6 semaines. Les phases s'enchaînent sur plus de 5 mois. Durant la dernière semaine de chaque phase (prise de masse ou force), il se concentre sur la perte de graisse.

Pendant la phase de prise de masse musculaire, Hugh s'est concentré sur des séries moyennes avec des charges lourdes. Il n'a pas du tout cherché de max, au cours de cette phase, mais s'est plutôt assuré qu'il pouvait toujours faire la bonne quantité de répétitions pour chaque poids avant de passer au niveau de poids supérieur.

Pendant la phase de force, Hugh s'est concentré sur le poids max avec un nombre minime de répétitions pour chaque exercice. Il a vraiment utilisé les poids les plus lourds possible tout en gardant une bonne exécution du mouvement.

L'intensité a été élevée au cours de chaque nouvelle phase.

Durant la dernière semaine de chaque phase dédié à la perte de graisse, Hugh Jackman a choisi un entraînement par intervalles (ou fractionné). L'entraînement par intervalles est simplement une alternance de périodes de travail intense et de repos. Exemple : sprint de 50 mètres puis 60 à 90 secondes de repos, le tout répété 6 à 8 fois.

Il a complété les fractionnés par de la course à pied et des exercices avec poids de corps comme : les pompes, les tractions, les squats, les fentes,... et divers mouvements d'abdominaux.

La période de perte de graisse est importante pour s'assurer que le muscle qui a travaillé si dur durant chaque phase soit bien visible en faisant disparaître le peu de graisse qui le recouvre.


Un extrait du making-of

La diet' de Hugh Jackman
A ma connaissance, Hugh Jackman a été la première star à utiliser "la manipulation de glucides". La manipulation des glucides, c'est simplement changer les niveaux de glucides pendant la journée afin de maximiser la perte de graisse et le niveau d'énergie.

Jackman a fait en sorte d'avoir assez de glucides pour rester dynamique tout au long de son entraînement quotidien.

C'est pourquoi il s'est autorisé la consommation de glucides (pas de sucres rapides, seulement des sucres lents) avant 14 heures, pour se porter sur la protéine et les lipides tout au long du reste de la journée.

C'est un moyen facile de maximiser la perte de graisse, sans restreindre tout autre élément nutritif. En s'autorisant des protéines et des glucides dans la première partie de la journée (glucides brûlés par l'activité physique et les fonctions vitales du corps), et en se concentrant sur les protéines et les lipides la seconde moitié de la journée, Hugh Jackman a reçu une grande variété de nutriments.

Hugh Jackman finit toujours avec une belle apparence pour ses rôles, et, à en juger par les images, la même chose s'est produite dans ce film. Rappelez-vous juste que se concentrer sur la bonne programmation des séances d'entraînement et une quantité équilibrée de nutriments pour l'alimentation, là est l'essentiel pour obtenir un corps digne d'Hollywood !


Pour un programme d'entraînement adapté : manager@gregory-capra.com

Yann décroche l'argent au 10 km marche à Trouville

La coupe du 10 km marche de Trouville

Dimanche 16 octobre, se déroulent les 10km marche sur piste, à Trouville. Yann participe à cette épreuve dans la catégorie vétérans et se classe deuxième (la coupe en photo ci-dessus).


Yann - Marche athlétique ou rapide

Yann a 60 ans, il s'entraîne trois fois par semaine durant 1h à 1h30 au rythme de 7,5 à 8 km/h. Je rappelle que c'est de la marche, pas du footing ! J'avais fait une séance de muscu avec Yann, il y a quelques années, à Paris du côté de Nation. Maintenant, il est entre les mains de Thomas, coach Capra en Normandie.


Thomas - Caen & Deauville - Coach Capra

Merci à Thomas, coach à Deauville et Caen. Grâce à son entraînement et ses précieux conseils, je finis 2ème vétéran sur 10.000 m marche sur piste, dimanche 16 octobre à Trouville avec comme récompense une belle coupe !


Yann - 60 ans - Calvados

Pour contacter Thomas : manager@gregory-capra.com

samedi 29 octobre 2011

Comment ressembler à un "warrior" ? L'entraînement brutal de Tom Hardy et Joel Edgerton

Tom Hardy vs Joel Edgerton

Voulez vous vous sentir comme une mauviette ? Alors essayez d’allez voir "Warrior", si vous trouvez une salle qui diffuse encore ce film. Ancien marine, Tommy Conlon rentre au pays, brisé, et demande à son père de le préparer pour un tournoi d’arts martiaux mixtes (MMA) qui lui permettrait de gagner une fortune. Personne ne sait ce qu’il espère faire de cet argent. Le propre frère de Tommy, Brendan, décide lui aussi de s’engager dans la compétition pour essayer de sauver sa famille. Entre les deux frères, les années n’ont pas adouci les rancœurs.
Immanquablement, les routes de Tommy et de Brendan vont bientôt se croiser. Au-delà de l’affrontement qui s’annonce, pour chacun, quelle que soit la cause qu’il défende, il n’est pas seulement question de remporter un prix, mais de mener le combat d’une vie…


Tom Hardy avant le combat

L’acteur britannique, Tom Hardy ("Inception", "The Dark Knight Returns»), et l’acteur australien, Joel Edgerton («Animal Kingdom», «The Thing»), jouent le rôle des frères qui s'affrontent sur le ring. Les deux acteurs ont, à travers de séances d’entraînements rigoureuses, atteint la condition physique nécessaire pour tenir leur rôle.


Tom Hardy fort comme un taureau

Cela n'est pas passé inaperçu ! Au cours des dernières semaines, les recherches sur le web avec l’expression clé "warrior training» ont fait un bond étonnant de 700%. Les gens veulent clairement ressembler aux deux stars - mais cela pourrait bien changer une fois qu’ils sauront ce que Tom Hardy et Joel Edgerton ont enduré pour parvenir à ressembler ainsi, à des guerriers. Voici la recette….


Joel Edgerton

Il a été demandé à Joel Edgerton de prendre 10 kg de muscle pour son rôle. Tom Hardy, lui en a pris 13. Comment ont-ils fait ? Selon les notes de la presse du film, Joel Edgerton décrit son entraînement comme un patchwork de physique, de mental et d’émotionnel. Avant le tournage, les deux acteurs sont passés par un processus de formation de dix semaines. Les repas étaient limités et ciblés sur la protéine.


Tom Hardy

Bien que les deux acteurs aient fini avec une extrême définition, leurs entraînements étaient très différents. Les producteurs du film voulaient que Tom Hardy ressemble plus à un taureau plein de rage dans les combats. Ainsi, Tom Hardy s’est concentré beaucoup sur musculation avec des charges lourdes dans le but d’augmenter sa carrure.


Le combat

Les journées de Tom Hardy, qui n'était apparemment pas un athlète avant ce rôle, étaient structurées comme suit : deux heures de boxe, suivies par deux heures de kickboxing et Muay Thai, puis deux heures de chorégraphie, et enfin deux heures de musculation. Joel Edgerton, quant à lui, joue l'outsider. Avec sa petite taille, il s'appuie sur la finesse, le jiu-jitsu, et les feintes. Les deux acteurs avaient des doublures mais Tom Hardy et Joel Edgerton ont réalisé environ 85% des scènes de combat.


La punition

L’entraînement a été, bien sûr, nécessaire, non seulement pour rendre l'action crédible aux yeux du public, mais aussi pour protéger les acteurs qui montèrent sur le ring contre certains des meilleurs combattants du monde, y compris Kurt Angle, pendant le tournage. Certes, les combats n’étaient pas réels, mais même pour feindre une scène de bagarre avec un combattant professionnel, il vaut mieux être bien entraîné !


Allez, courez voir le film !!!!


Pour un entraînement au MMA, me contacter : manager@gregory-capra.com

Crumble aux pommes et aux framboises

Un dessert de sportif ?

Jusqu'à présent, j'étais privé de dessert mais Fred a pensé à moi avec la recette d'un dessert de sportif (pense-t-il...) : le crumble aux pommes et aux framboises.


Pour 4 personnes :


- 250g de framboises fraiches ou surgelées
- 4 pommes


Pour la pâte à crumble
- 60g de beurre + QS pour beurrer le plat
- 60g de cassonade
- 60g de farine
- 60g de poudre de noisettes


Préchauffer le four à 210°C.
Éplucher et évider les pommes. Les couper en dés. Laver les framboises et les sécher délicatement. Répartir les fruits dans le plat légèrement beurré.
Préparer la pâte à crumble : mélanger la cassonade, la poudre de noisettes, la farine et le beurre coupé en dés. Sabler du bout des doigts.
Saupoudrer les fruits avec cette pâte à crumble. Enfourner et laisser cuire 25 minutes.

A consommer tiède ou froid.


Merci Fred... mais pour ton régime, pas de sucre, le soir !


Pour m'envoyer votre recette maison avec photo : manager@gregory-capra.com

Entraînement physique militaire et sportif.

Le 14 juillet à Paris

La prédominance de la technologie des systèmes d'armes, de communication et de renseignement dans le combat moderne aurait pu laisser croire à une moindre importance de la condition physique du personnel. Force est de constater que la composante humaine reste toujours décisive dans l'action militaire et que les engagements opérationnels sont de plus en plus exigeants sur les plans physiques et psychologiques.


Simultanément, notre société a mis un terme depuis longtemps au développement naturel des capacités physiques de chacun sur lequel on pouvait compter autrefois. Ainsi, il apparaît fondamental de réserver une part importante à l'entraînement physique militaire et sportif dans la préparation opérationnelle, afin de maintenir un niveau suffisant pour faire face aux exigences professionnelles.


Il est aujourd'hui largement démontré que le niveau de condition physique influe directement sur la capacité de résistance à la pression extérieure et aux évènements. Se donner une bonne condition physique est donc obligatoire. Le seul moyen d'y parvenir est l'entraînement physique régulier et adapté. Négliger cet aspect des choses ou pire, le refuser, est une attitude irresponsable. Attitude d'autant plus dangereuse qu'elle porte en germes l'incapacité à assurer sa mission à terme. Aussi l'entraînement physique militaire et sportif demeure-t-il plus que jamais une composante essentielle de la vie des unités.

J'inaugure ici une rubrique vous présentant quelques méthodes d'entraînement en vigueur dans les armées et dont vous pourrez vous inspirer.

Pour me contacter : manager@gregory-capra.com

vendredi 28 octobre 2011

La ressemblance entre Alexis et Pierre

Alexis Palisson

Dimanche 23 octobre, vers 14h00, je visionne les images de la finale de la Coupe du Monde de rugby. A Auckland, les All Blacks ont battu l'équipe de France par le score étriqué de 8-7. La déception se lit sur le visage d'Alexis Palisson... Et moi, j'ai un choc ! On dirait Pierre, champion de France de Bugei, un sportif Capra installé maintenant aux Antilles.

Pierre - Saint-Martin - Sportif Capra

Pierre est plus petit qu'Alexis Palisson, 1m73 contre 1m77, mais le visage, la carrure, vous ne trouvez pas une ressemblance ? Moi, oui !


En tout cas, si vous voulez tester les sports de combats avec Pierre, rendez-vous à Saint-Martin !

Pour contacter Pierre : manager@gregory-capra.com

Timbale d'araignée de courgette (ou guacamole)

Timbale d'araignée de courgette

Voici une nouvelle recette de Christian, Chef cuisinier étoilé à Hong Kong : la timbale d'araignée de courgette (ou guacamole).


Couper de fines rondelles de courgettes et les laisser mariner dans de l'huile d'olive pour les assouplir.
Chemiser un cercle de courgettes et en étaler en écaille sur un papier que l'on découpera de la forme de son choix pour décorer l'assiette.
Récupérer la partie verte de la courgette, émincer et faire revenir vivement sans coloration avec une gousse d'ail et de thym à l'huile d'olive (récuperation de la marinade), laisser refroidir et égoutter.
Mettre les courgettes cuites dans le blender, mixer en purée, puis émulsioner toujours dans le blender en versant un filet d'huile d'olive (on peut facilement mettre 1/4 du volume de purée de courgette).
Ajouter du parmesan en poudre si on aime.
Verser la mousse qui doit rester ferme dans le cercle, mettre de la chair d'araignée de mer (ou tourteau, homard, coquillages,...) au centre, et recouvrir de mousse, puis lissser avec une spatule.
Réserver au frais, après avoir décoré de légumes en fines tranches crus ou cuits selon ce qu'on a (fenouil, carottes, tomates, radis, artichaut,...) et herbes (aneth, persil, cefeuil, estragon, marjolaine,....).

Pour la version guacamole, il suffit de remplacer la mousse de courgettes par un écrasé d'avocat contenant oignons coupés assez gros, dés de tomates, coriandre fraîche, sel, tabasco, et citron jaune (attention à mettre assez de citron pour que l avocat reste vert).

IMPORTANT : en refroidissant l'avocat absorbe la saveur du sel, tabasco et citron. Il faut le sur assaisonner dès le debut, si vous l'assaisonnez juste à votre gout lors de la préparation, au moment où il sortira du frigo, il vous paraîtra sans sel.

PETIT TOUR DE MAIN : pour éviter l'oxydation de l'avocat, on peut le tiédir à la poelle à l'huile d'olive. La chaleur détruit l'enzyme responsable de l'oxydation.


Merci à Christian pour cette recette diététique !


Pour m'envoyer une recette personnelle avec photo : manager@gregory-capra.com

Mamma mia : championnat du monde d'aviron de mer avec Simon

Simon - Coach Capra - Thonon-les-Bains & Evian


La ville de Bari en Italie accueille, du 21 au 23 octobre, la 5e édition du championnat du monde d’aviron de mer des clubs. Plus de 170 équipages d’aviron de mer se disputent les titres mondiaux.

Les parcours de 8 km pour toutes les catégories ont été tracés de façon à permettre au plus grand nombre de spectateurs de pouvoir suivre les courses. Les bateaux utilisés sont soit des solos, des doubles ou des quatre barrés.



Simon et au loin la ville de Bari


Une vingtaine de clubs Français, soit une centaine de rameurs, participent à la compétition. L’an dernier, les clubs Français, le CA Nantes en tête, avaient réalisé de superbes performances en ramenant 7 médailles, dont 3 d’or.

Après avoir bataillé pour la conquête des titres nationaux dans les eaux tumultueuses de la mer du Nord, lors du championnat de France mer à Dunkerque, les rameurs français sont partis en Méditerranée avec l’espoir de faire encore mieux qu’en 2010.


Simon à la manoeuvre


Parmi ces rameurs français, Simon, coach Capra à Thonon-les-Bains et Evian, concourt avec son club : le club Chablais Aviron Thonon. Il nous raconte sa course.


Mamma mia, cela s'est passé très mal... En finale, alors qu'on se plaçe 2ème, on a de la casse sur une grosse vague (un siège et 1 rame cassés). On a du rechange à bord mais le temps de tout remettre en place (à peu près 90 secondes), une bonne grappe d'adversaires nous dépasse. Pas dur on était à l’arrêt...

Une fois repartis, on met les bouchées double pour remonter mais on finit 4ème, quand même à 25 secondes des 3èmes sur un parcours de 6km fait en 24'34" pour les italiens qui gagnent (et 26'32" pour nous). On reste n°1 francais sur la course, petite consolation !

Dommage mais c'est le sport (nos féminines ont gagné en 4 alors on est ravi) !


Belle aventure


C'est une belle aventure quand même. Bravo à Simon et merci pour ces magnifiques photos.


Pour contacter Simon : manager@gregory-capra.com

mercredi 26 octobre 2011

Sport et confiance en soi

Bruno - Paris - Sportif Capra

Bruno, notre p’tit sportif plutôt timide et réservé pose maintenant comme un pro, participe à des clips…. Je crois que c’est dans ces moments là qu’on aime notre job nous les coaches : voir les gens heureux et épanouis….ELLE EST PAS BELLE LA VIE ?!!!


Pour me contacter : manager@gregory-capra.com

Filets de cabillaud en croûte de pesto

Un plat du sud

Fred n'est pas le dernier gourmet de la bande... Il m'envoie donc sa première recette qui sent bon la Provence : les filets de cabillaud en croûte de Pesto.


Pour 4 personnes :
- 4 filets de cabillaud
- 3 bouquets de basilic
- 2 gousses d’ail
- 1 poignée de pignons de pin
- 1 morceau de pain de mie rassis
- 4 cuillères à soupe de Parmesan râpé
- huile d’olive

Laver le basilic. Torréfier les pignons de pin au four 10 minutes à 150°C. Dégermer les gousses d’ail.

Dans le bol du robot, mixer le basilic, les pignons, le Parmesan, le pain rassis coupé grossièrement et les gousses d’ail. Ajouter petit à petit de l’huile d’olive jusqu’à la confection d’une pâte.

Étaler cette pâte sur les filets de cabillaud dés-arrêtés.

Enfourner les filets de poissons dans un four préchauffé à 230 °C et laisser cuire entre 10 et 15 minutes selon l’épaisseur des filets.


Bravo à Fred pour cette recette diététique !


A qui le tour pour une prochaine recette personnelle ?


Pour me contacter : manager@gregory-capra.com

mardi 25 octobre 2011

Frédéric à l'honneur après sa victoire au semi-marathon de Tournefeuille

Frédéric, vainqueur du semi-marathon de Tournefeuille


Frédéric, coach Capra à Toulouse, est à l'honneur de la presse régionale avec un article de la Dépêche du Midi.


Pour cette 10e édition de l'épreuve disputée dans les rues de Tournefeuille, 1566 coureurs ont répondu à l'appel de l'Athlé 632. Un nouveau record récompensant les efforts entrepris par son président Yves Bellanger, le responsable de la course Jean-Michel Falcou et les 160 bénévoles mobilisés pour l'occasion.

Deux distances au programme donc ainsi que des animations athlétiques pour les enfants sur le stade situé à proximité du podium. Sur le 10 kilomètres, Damien Bevenot du Team 12 s'est imposé devant Nicolas Ansiaux et Nathanaël Bordes tandis que Marie Long finissait première féminine.


Frédéric - Toulouse - Coach Capra


Vainqueur de la plus courte distance, le Team 12 s'est aussi illustré sur le semi-marathon. Satisfait de sa victoire, Frédéric Lureau avait quand même bien du mal à masquer une légère déception : « Je partais avec deux objectifs en tête, soulignait-il à l'arrivée, gagner et battre mon record personnel. Je n'ai pas réussi pour une minute environ. J'ai pourtant démarré sur un très bon rythme mais en me retrouvant seul devant du début à la fin, je me suis plus fatigué et l'ai payé sur la fin. Néanmoins, je me suis bien rattrapé de l'an dernier où les terribles rafales de vent m'avaient causé beaucoup de difficultés. Je vais désormais pouvoir prendre un peu de repos après cette longue saison, après bien sûr le dernier rendez-vous du week-end prochain, la coupe de France de duathlon à Parthenay ».


Frédéric a réalisé le temps de 1 heure 12 minutes et 53 secondes.


Bravo Frédéric !


Pour contacter Frédéric : manager@gregory-capra.com

La pomme de terre Anna Karenine

La pomme de terre Anna Karenine

Christian, Chef de cuisine dans un restaurant étoilé de Hong Kong, a très vite réagi à mon idée de lancer une rubrique culinaire. Voici sa recette de la pomme de terre Anna Karenine.


Prendre des pommes rattes, les couper en tranches de 3mm d'épaisseur et, idealement, les calibrer avec un emporte-pièce de 3 cm max. Les mettre directement dans de la vraie crème (pas de légère ou zéro matière grasse car la recette ne marche pas). Compter 75 g de crème par personne et 15 rouelles de pommes de terre.


Cuire les pommes de terre dans la crème à petit bouillon, les garder croquantes (et oui, la pomme de terre coquante, c'est très bon, mais les idées reçues l'interdisent). Retirer les pommes de terre, les ranger en rosace dans une assiette, filmer et réserver.


Réduire la crème, surtout pas de sel (!) et réserver.


Couper de la ciboulette en losange, la recouvrir d'huile d'olive et réserver.


Au moment de servir, mettre un jaune d'oeuf dans de l'eau tiède à chauffer sans le blanc.


Tiédir les assiettes au micro-ondes, napper les pommes de terre avec TOUTE LA CREME, poser le jaune d'oeuf tiède au centre, parsemer de ciboulette et mettre une grosse cuillère de caviar (PAS D'OEUFS DE LUMPS PLEASE) et manger, de préférence avec le champagne Brut de Bruno Paillard,....


Merci à Christian. Grâce à lui, on atteint le haut niveau. C'est un honneur de recevoir les secrets de cuisine d'un Chef de son rang.


Mais Hong Kong, c'est loin pour un dîner...


Pour me contacter : manager@gregory-capra.com

lundi 24 octobre 2011

La polenta aux deux fromages

Cuisson de la polenta

Jean-Michel m'a envoyé sa recette de la polenta aux deux fromages avec du Saint-Agur et du Gorgonzola. Je ne peux que la partager avec vous et lancer cette rubrique cuisine !


Faites chauffer de l'eau, ajoutez du pain pour la légèreté de la polenta, comme cela vous mettrez moins de farine de maïs.
Faites chauffer de la crème à 0% et du beurre à 0% de matière grasse. Faites fondre le beurre et la crème à feu doux. Vous ajouterez plus tard ce mélange à la préparation finale.
Une fois la polenta cuite, prenez un plat assez haut et commencez à le remplir par couches successives de polenta et de fromage en alternant les couches de Gorgonzola et de Saint-Agur.
Une fois terminé, versez le beurre et la crème par dessus pour qu'au fur et à mesure que vous servirez cela descende dans la préparation.
Refermez avec un couvercle et laissez le tout fondre délicatement (5 mn environ).


Prenez une louche et servez.


Temps de cuisson total 10 a 15 mn.


C'est un plat d'hiver, de surcroît très convivial et familial que vous pouvez accompagner d'un lapin ou d'une poule et surtout beaucoup de sauce pour relever le goût de la polenta.


Je range ce plat dans la catégorie "prise de masse" malgré la crème et le beurre à 0%.


Bonne dégustation, bon appétit.


Des idées de recettes : manager@gregory-capra.com

dimanche 23 octobre 2011

Bootcamp Capra Paris - Arche de La Défense

Spécial dédicace !

La Société Générale notre nouveau partenaire ? Le slogan correspond bien, le bootcamp du jour se passe au pied des tours Société Générale sur le parvis de La Défense à l'heure du match de l'équipe de France de rugby que sponsorise la banque.


Au moment où nous avons programmé ce bootcamp, personne n'imaginait que la France irait en finale de la Coupe du Monde de rugby et que nos rugbymen seraient opposés aux redoutables All Blacks...


Sébastien - Paris - Coach Capra

Un grand merci à Sébastien pour l'organisation de ce bootcamp. C'est d'abord lui qui a choisi le lieu : le quartier de La Défense, un décor qu'il apprécie. Ensuite, il a mis a disposition son centre de forme et beauté pour la logistique : dépôt des sacs, vestiaires et autres... Enfin, il a tenu au courant les bootcampeurs de l'évolution du score du match de rugby tout au long de la séance de sport grâce à son smartphone. Logique d'être à la pointe de la technologie dans un tel quartier.


On chauffe les cuisses !

Le rendez-vous est fixé sous l'Arche de La Défense, difficile de se tromper ! Après le dépôt des sacs, un petit footing, une première montée d'escaliers, voici l'échauffement général : fentes, pompes,... et la chaise pour brûler les cuisses. Pas d'inquiétude les vitres sont solides !


Remarquez le ballon de rugby de Sébastien qui nous accompagnera tout au long du bootcamp !

Entraînement à la mêlée

Tiens justement le premier exercice est inspiré du rugby. Un sprint aller et retour entre les deux parois de l'Arche de La Défense puis les deux adversaires s'affrontent épaule contre épaule. Il faut pousser, prendre le bon appui pour faire reculer l'autre... un bon exercice de jambes.

Sur le marbre blanc

Sébastien emmène ensuite les sportifs sur l'esplanade, face au CNIT, une course tranquille puis un retour au sprint avant trois ascensions des escaliers de marbre blanc de la Grande Arche. Première ascension, une marche à la fois. Deuxième ascension, deux marches à la fois. Troisième ascension, trois marches à la fois.

A contre sens

La Nouvelle-Zélande mène 5-0 à la mi-temps, tout est encore possible... Après un sprint à l'horizontale, Sébastien emmène les bootcampeurs vers des escaliers mécaniques. C'est autorisé, ça au bootcamp ? Oui, si on les prend à l'envers ! Première montée à contre sens, 10 pompes, deuxième montée à contre sens, 10 low kicks sur un pao, troisième montée à contre sens... Attention à la chute !

Ca calme !

Deux séances de fractionnés comme ça, ça calme... Les bootcampeurs se reposent sur les marches avant de boire un coup et d'écouter les consignes pour l'exercice suivant.

Pompes en trio

La séquence suivante, c'est "pompes en trio", une construction corporelle qui fait concurrence à l'art moderne exposé dans le quartier puis du gainage avec pieds surélevés... Et direction le cimetière de Nanterre ou plutôt le parc juste à côté pour une bonne séance d'abdos !

Retour du cimetière

Retour du cimetière au sprint... personne n'a envie d'y rester ! Ca monte, alors Sébastien programme trois montées au sprint avant un repos en chaise contre la paroi d'une des tours de la Société Générale. La tour tient bon !

Pompes

76ème minute, la Nouvelle-Zélande mène 8 à 7, tout est encore possible. Deux derniers exercices avant le coup de sifflet final : dips et pompes sur un banc. Les passants observent mais refusent l'invitation de se joindre au groupe !

Etirements

Séance d'étirements. Le match est terminé mais l'Iphone ne se met pas à jour. Se passerait-il quelque chose d'extraordinaire ? La nouvelle arrive d'un Blackberry : victoire de la Nouvelle-Zélande 8 à 7. Un score plus qu'honorable pour la France ! A l'heure du compte-rendu, il se dit même que l'on aurait mérité la victoire...

Sous l'affiche

Le lieu s'imposait pour la photo finale, devant la tour de la Société Générale, juste sous l'affiche dediée à la Coupe du Monde de rugby où comment la technologie moderne permet maintenant de faire du sport en plein air à Paris tout en suivant un match en direct à Auckland.


Notre Haka

C'est maintenant en regardant cette photo de notre Haka que je m'aperçois que toute l'équipe était en noir... les All-Blacks ! Alors, on a gagné !

Pour participer au prochain bootcamp : manager@gregory-capra.com

Bootcamp à La Défense : les vidéos



Sprint sous l'Arche de La Défense


Sur le marbre blanc, Sébastien entraîne les bootcampeurs dans un sprint d'un mur à l'autre de l'Arche de la Défense.... un sprint entre les touristes !




Low kicks


Sébastien a été champion de taekwondo. Aujourd'hui, il a amené un pao pour agrémenter une séquence de cardio-training. Ici, Nicolas exécute une série de low-kicks entre deux ascensions d'escaliers mécaniques à contre-sens !


Pour participer au bootcamp : manager@gregory-capra.com

samedi 22 octobre 2011

L’évolution de l’image des rugbymen

Comme il a été constaté lors du rassemblement de basket NBA du 17 & 18 septembre à Paris, les gabarits ont changé, fini les joueurs maigres maintenant place aux muscles aussi.
Il en est de même au rugby. Le rugby a changé, les photos aussi.
Longtemps confiné au monde amateur, le rugby a subi une profonde mutation depuis son passage au professionnalisme. En l’espace de quinze ans, alors que le respect des traditions imposé par les dirigeants britanniques et le souci de préserver les « valeurs » de l’ovalie avaient agi jusque là comme un frein pour le développement du jeu, tout s’est brusquement accéléré à un rythme effréné. Nouvelles règles, modification des phases de jeu, transformation de la morphologie des joueurs, médiatisation considérable... rien n’a échappé à la mondialisation du rugby. Mais la « grande famille » de l’ovalie, qui a longtemps trouvé dans cette discipline une culture à vivre plus qu’un sport à pratiquer, pourra-t-elle survivre à cette soudaine métamorphose ?




Anas Mansour

Kevin Fortin va vous montrer les transformations, l’évolution qui s’est opérée tant culturellement, en passant par l’évolution rapide du jeu pour s’attarder un peu plus sur les changements même de l’image des joueurs. Et pour se faire, il sera aider d’un ami rugbyman et préparateur de joueurs de rugby à XIII. Son consultant sera Anas Mansour. Le rugby a changé, les rugbymen aussi.
Afin d’avoir un point de vue sur l’évolution de l’image des rugbymen vu de l’intérieur, je vous présente mon consultant, Anas Mansour, originaire et habitant Casablanca ( Maroc ), 25 ans, joueur de rugby à XIII et préparateur physique et manager. 1m80, 100kgs. 11 ans de pratique ovalique première division marocaine, diplômé d’une licence en management touristique. Poste au rugby à 15, 3eme ligne aile, et au rugby à 13, pilier ou second ligne.

I/ Les changements au niveau culturel et environnemental
En 1995, peu avant que le coup d’envoi de la troisième Coupe du Monde de l’Histoire ne soit donné à l’Ellis Park de Johannesburg, Robert Murdoch, le magnat de la presse, australien, est l’instigateur de deux nouvelles compétitions, le Tri Nations et le Super 12. L’ordonnateur de ces projets souhaite ainsi offrir un nouveau visage au rugby, hyper spectaculaire et dont les équipes participantes, franchisées, n’auraient pas le souci de se maintenir ou non dans l’élite. En France, même si le temps où des clubs comme La Voulte ou Mazamet atteignaient la finale du championnat est bel et bien révolu, on défend encore le rugby « cassoulet », terreaux de notre culture, et l’esprit de clocher ne semble pas menacé. Le 27 Août 1995, l’International Rugby Board autorise officiellement les joueurs à obtenir le statut professionnel, le monde de l’ovalie se fragmente avec, d’un côté, le rugby des traditions et, de l’autre, celle des innovations. La coupe d’Europe voit le jour dans la foulée et sur le plan national, une élite constituée de seize équipes est mise en place, rejetant ainsi de nombreux clubs historiques n’ayant pas une assise financière suffisamment stable. Les clubs de village disparaissent petit à petit du paysage rugbystique français, au dépend de ceux des grandes villes pour qui il est plus facile d’obtenir l’accord de partenaires économiques majeurs et des subventions de la part des municipalités, intéressées par cette nouvelle vitrine médiatique qu’offre le rugby.

Kevin « Et au Maroc, qu’en est-il ? »
Anas « Si on parle du cas rugby marocain, ça n’a pas trop évolué à mon avis, il n’y a pas de continuité pour les joueurs une fois arrivés en catégorie senior. Il y une stagnation. Pour le cas français, ça a évolué par rapport aux années précédentes. Cela se traduit par le professionnalisme. On voit que tous les clubs investissent dans les dernières infrastructures. Pour le rugby à 13 il a aussi évolué mais il manque de médiatisation. »

Kevin « La professionnalisation du rugby est un fait majeur dans le changement connu par le rugby. »
Anas « Oui avec le professionnalisme, il faut avoir de gros moyens, des sponsors. Une partie de ces moyens réside dans le marketing, exemple le tee short rose du XV de France. Cela se vend bien, cela fait rentrer de l’argent. »

Rugby à XIII

Kevin « Tu peux m’expliquer le plus en détail possible les différences entre rugby à 13 et rugby à 15 au niveau évolutif de la chose. Les évolutions connues et subies depuis que tu y joues, d’un point de vue renommée culturelle (impact populaire à sponsoring...recrutement, entraînement, enjeu...) »
Anas « Me concernant, je n’ai jamais joué de match officiel de rugby à 13 ,mais je suis coach de rugby à 13 j’ai fait une formation à Londres avec la Fédération Européenne, je pense que le rugby à 13 commence à faire plus de public que celui à 15, ce dernier ayant pourtant plus de moyens que le rugby à 13. Concernant l’entraînement, pour le rugby à 13, c’est plus physique et plus technique. Le 13 demande beaucoup de vitesse et de bonnes conditions physiques. Faut être présent à chaque contact.
Je pense que le rugby à 13 est plus accessible que le rugby à 15. Pour les enjeux au Maroc actuellement, il n’y a pas encore de Fédération Marocaine de Rugby à 13, mais on a de très bons joueurs de rugby à 13 en France qui demandent toujours à jouer avec le Maroc. »

Le rugby devient dès lors un spectacle. Pour attirer une nouvelle clientèle, en plus du match, le président du Stade Français rivalise d’imagination et offre aux spectateurs des grand-messes dignes du Superbowl américain. Une façon d’éloigner encore un peu plus le rugby de son image « confit - foie gras » et de faire mousser financièrement un sport longtemps attaché aux valeurs de l’amateurisme. Mais à trop vouloir capitaliser sur le sport business, le rugby risque bien de perdre son âme. D’un point de vue économique et médiatique, les choses vont dans le bon sens mais il n’est pas certain que le côté paillettes et show-biz ne dénature pas à terme l’identité du rugby.

Kevin « Quels sont les changements que tu as pu voir ou et subir depuis que tu joues ? »
Anas « Les changement au cas Maroc je l’ai vu dans les catégories jeune il y avait une continuité je sentais que je jouais pour un objectif et aussi pour le plaisir, le partage avec mes coéquipiers, mais une fois arrivé dans la catégorie senior il y une stagnation, pas de motivation, pas de plaisir.. etc.. Dans les catégories jeunes, il y a avait de l’ambiance, de la convivialité ..etc en gros il y avait les vraies valeurs du rugby. Dans les catégories jeunes, aussi on sent qu’il y a plus de préparation physique, mais le souci, ici, c’est qu’il n’y a pas trop de moyens dans les clubs marocains. »

Au niveau des règles de jeu, là aussi, du changement s’est opéré. Pour que le grand public adhère massivement à ce rugby contemporain, dans lequel les traditionnelles « boites à baffes » sont devenues proscrites, il a fallu faire évoluer les règles. Dès 1992, afin d’inciter les joueurs à privilégier le jeu de mouvement, aux coups de pied de pénalité, l’essai inscrit a été récompensé d’un point supplémentaire. Plus récemment est apparu le bonus offensif, venu, comme la plupart des grandes innovations rugbystiques, de l’hémisphère sud. Il a également été créé la « pénaltouche » permettant à l’équipe victime d’une faute de récupérer le cuir sur un dégagement en touche, au lieu de tenter la pénalité. Les règles du rugby étant relativement complexes au départ, et par souci de clarté afin de toucher un maximum de gens, des adaptations ont aussi été appliquées dans les phases de conquête. Ainsi, il a été autorisé de soulever les sauteurs en touche. Le plaquage, indissociable du rugby, a ainsi bien changé. Aujourd’hui, pour être efficace, il faut plaquer le plus souvent au dessus de la ceinture pour bloquer à la fois l’adversaire et le ballon. Autre geste technique qui a fait son apparition, le Rucking.
Afin de jouer avec ces nouvelles règles, il a fallut aussi changer les entraînements et du coup, les morphologies ont changées.

Anas « On voit aussi que l’image du rugbymen a changé. Ils font plus interview, on les voit dans des pubs pas forcément sportives mais pour des bonnes causes aussi : sida cancer, ..etc. »

Kevin « On les voit sur les calendriers des Dieux du Stade ou en 4/3 pour des sous-vêtements masculins par exemple...en plus morphologiquement ils ont changé aussi, on est passé d’un poids moyen de 86 à 95 kgs »
Anas «Oui , exactement, voilà. Ils ont évolué et ils font beaucoup plus attention à ce qu’ils mangent. C’est fini les repas gras, que de la bonne diète afin qu’ils soient plus performants »

Kevin « De 1960 à aujourd’hui on est passé du bourrin qui mange du cassoulet comme hors d’œuvre à des Apollon »
Anas « Oui (rires). On les voit plus nus avec les tablettes de chocolat qu’avec de gros ventre. »

Guy Noves en 1988

II/ L’évolution de l’image
L’image du « petit gros » placé au poste de pilier et du frêle jeune homme positionné dans le rôle d’ailier a vécu. Aujourd’hui, les joueurs qui pénètrent sur la pelouse sont des machines préparées avec talent, minutie et opiniâtreté. La récupération, la diététique et le travail psychologique sont autant de paramètres qui font partie intégrante du rugby moderne, sans parler des séances de musculation quotidiennes.

Kevin « La notion de musculature est importante donc, cela a aussi changé je pense avec les années...une plus grosse prépa peut-être ? Non, toi par exemple, tes prépas ressemblent à quoi? »
Anas « Oui faut une grosse prépa pour moi, par exemple, je fais beaucoup de fractionné et du footing et de la muscu et aussi une bonne diète. La diète joue un rôle important dans la préparation car si tu défonces à la salle de muscu et qu’après tu te tapes 3 big mac chez Mc Do, ça va pas le faire, donc j’essaie de manger équilibré le plus possible. »

De même, le poids moyen d’un joueur français est passé de 86 kg en 1988 à 95 kg aujourd’hui. On est en droit de douter du « tout physique », mais lors des dernières Coupes du Monde, les équipes les plus performantes étaient celles qui avaient les avants les plus costauds. En effet, les lois de la physique sont formelles, plus un joueur est lourd et plus sa vitesse est importante, plus sa puissance d’impact sera grande. Il avancera donc au contact de l’adversaire, pour le mettre aussi en difficulté par une intensité que l’on peut quantifier en temps de jeu effectif et qui est passé, en l’espace de quinze ans, de 30% à l’aube du professionnalisme à plus de 45% aujourd’hui en Top 14, et même proche de 50% en Super 14.

Kevin « Avec ces changements de poids (sans jeu de mot), du coup les postes s’en trouvent un peu bousculés, surtout s’il on en vient à comparer 13 au 15. »
Anas « Chaque poste est différent et aucun joueur n’a vraiment de morphologie spécifique. Il n’y a pas une morphologie spéciale mais il faut être au moins bien musclé. Chaque poste a plus ou moins sa spécificité. »

Kevin « Ah bon donc un pilier de mêlée peut aussi être ailier droit ou buteur ??? »
Anas « Ca dépend car chaque joueur a sa morphologie par exemple un 3ieme ligne au rugby à 15 peut jouer centre au rugby à 13 s’il est rapide. Mais au rugby à 13 faut être rapide à tous les postes. »

XV de France en 1951

L’image du rugbyman a également évolué pour arriver à celle du « macho-glamour ». « Les rugbymen ont vu leur image devenir glamour ! Et leur emblème, le polo de rugby, l’est devenu également ». Un terme a été crée pour désigner ce phénomène vestimentaire issu de l’Ovalie : le « rugbywear » qui s’inspire de l’univers de ce sport, de son histoire et des ses valeurs. Ce terme a également des connotations de décontraction, de confort sans faire l’impasse sur l’élégance.
Les joueurs ont changé. Les charges d’entraînements en ont fait des Dieux du stade, icône des femmes et des gays.
Longtemps, l’image du rugbyman s’est résumée à celle d’une brute à la mine peu engageante. Les héros étaient le pilier ventru, le colosse aux oreilles en chou-fleur. Des hommes sans peur, mais pas sans reproche.
Le coup de maître, Guazzini le réussit en 2001 avec le calendrier des Dieux du Stade. Les joueurs y dévoilent leurs corps sculpturaux. Édition après édition, les 200 000 exemplaires s’arrachent. « Le calendrier a changé l’image des rugbymen auprès des femmes, se réjouit le président du Stade Français. Elles ont réalisé qu’il ne s’agissait pas de lourdauds mais de play-boys. »
Une révolution permise par la conversion, au milieu des années 1990, du rugby au professionnalisme. Fini les entraînements bi-hebdomadaires, place aux deux séances quotidiennes. Les joueurs deviennent des athlètes aux muscles saillants. Les corps sont mis en valeur par des maillots moulants. Les premières icônes apparaissent. En 2003, Frédéric Michalak devient le chouchou de ces dames. Moue rebelle, diamant à l’oreille, l’ouvreur toulousain s’improvise mannequin, défile et prend la pose. Avant de lancer, avec réussite, sa gamme de produits de beauté pour hommes. Au pays de Galles, Gavin Henson, pendant rugbystique du footballeur David Beckham, déchaîne les passions adolescentes. Le joueur avoue sans honte s’épiler intégralement et avoir recours aux séances d’UV. Chez nous, on apprend que l’irréductible guerrier Serge Betsen a recours au gommage et que Jérôme Thion, l’hercule du XV de France, se rase les jambes. Les « brutes » ont cédé la place à des hommes qui prennent soin de leur corps.
Comme nous venons de le voir, si les rugbymen sont passés du gros nourri au confit de canard au bel apollon, les photos ont évolué de même.

Le cliché "boue / rugby"

Fini l’époque des clichés éclaboussés de terre et de sang Pour les illustrations, il est intéressant de voir l’évolution de la photographie. Jusqu’au milieu des années 80, les photos de reportages, en majorité en noir et blanc, sont assez brut de cadrage, granuleuses, éclaboussées de mottes de terres et de sang, jamais bien nettes. Celles en couleurs sont des gouaches. C’est encore l’époque des maillots et des ballons sans marques, des troisièmes mi-temps qui durent trois fois le match avec le cassoulet considéré comme un hors d'œuvre. Les matchs (du Tournoi des V nations) se jouaient le samedi après-midi.


Equipe de rugby 1980


Saison 1987/88, c’est le tournant du match entre le noir et blanc et la couleur. Elle prendra définitivement le dessus vers 1990 (tiens, c’est aussi l’année de la diffusion de Photoshop). Après, tout se lisse progressivement. En 1995, c’est le passage au professionnalisme. Les sponsors, les contrats de joueurs ne supportent pas l’image approximative, le flou. Les pelouses sont de plus en plus vertes (y compris chez nous), les actions sont figées en statuaire.
Pour des raisons sanitaires, tout joueur blessé ouvertement est retiré du terrain (la tête blonde de Jean-Pierre Rives couverte régulièrement de sang est un document historique), les réformes ou changements des règles limitent aussi la casse. Puis, années 2000, les portraits prennent le pas sur les scènes de jeu.

La professionnalisation du rugby s’est traduite par l’arrivée en masse de la télévision (dont l’usage est d’ailleurs largement utilisé dans la recherche de preuves pour fonder les sanctions), des annonceurs publicitaires et, donc, de l’argent. Ce mouvement conjoncturel amène une contradiction pour un sport dont les vertus originelles sont antithétiques avec le lissage exigé par sa diffusion à un public plus large et sa spectacularisation. Dans le rugby professionnel, la culture spécifique du combat et la tolérance à la violence vient s’encastrer dans les représentations modérées, attachées à la pratique professionnelle (amoindrissement de la culture festive et culinaire chez des joueurs soumis à des contraintes de récupération et de musculation) et aux annonceurs (dénonciation des brutalités). En dépit de sa relative fermeture, le champ rugbystique, surtout au niveau professionnel, subi ces transformations.
Allez les jeunes, si vous aimez le rugby, chaussez vos crampons et roulez vous dans la boue…rendez-vous en troisième mi-temps !


Article rédigé par Kevin Fortin


Pour me contacter : manager@gregory-capra.com

Rauf : 50 jours d'entraînement

Rauf plein de joie

Cela fait 50 jours à peine que Rauf, jeune homme de la région de Bruxelles, s'est mis sérieusement à la muscu ! Il m'autorise à publier ses photos. Voyez comment l'entraînement agit sur son physique et son mental.

Rauf en plein effort

Ici un mouvement avec haltères pour les épaules. S'entraîner devant la glace est très motivant. Ben oui, il y a un côté narcissique dans chaque inscrit à une salle de sport, on ne va pas se le cacher. L'esthétique est bien l'une de nos motivations !


Rauf en pleine forme

En 50 jours, avec un entraînement régulier et une bonne diet', on parvient à de bons résultats. La régularité, c'est la base. Et cela fait très plaisir de constater le résultat des efforts fournis.


Bravo à Rauf et il a intérêt à continuer comme ça !

Pour me contacter : manager@gregory-capra.com